• Antoine Bouchet

Age Of Classics, l'Antiquité dans la culture pop


Discobolus Led Neons, Léo Caillard, 2017. © CoupeFileArt

Opération séduction à Saint-Raymond ! Le musée des Antiquités de Toulouse dépoussière en effet ses collections du 22 février au 29 septembre prochain à travers sa dernière exposition Age of Classics. Objets antiques, œuvres d'art contemporaines et productions de la pop culture s'offrent ainsi sans distinction à la vue des curieux. Une manière incongrue de montrer que l'Antiquité continue d'irriguer généreusement l'esprit des créateurs d'aujourd'hui.

A peine franchies les portes de la salle, le message s'impose clairement au visiteur : l'exposition s'adresse principalement à un public jeune. Ici pas de parcours fléché, la découverte de l'exposition se fait à l'initiative de l'intéressé. En référence directe aux jeux-vidéo « open world » dans lesquels le personnage se déplace sans contraintes dans son univers, aucun des trois espaces d'exposition n'est cloisonné afin de laisser leur ordre d'approche libre. Quant aux traditionnels cartels accrochés aux murs, ils ont été positionnés cette fois au sol afin de ne pas gêner l'observation des œuvres. Des plaquettes explicatives soigneusement situées à hauteur des plus petits archéologues en herbe permettent aux curieux d'obtenir des informations supplémentaires sur les pièces exposées. Un choix qui crée en fin de compte beaucoup de distance avec l'oeuvre, dont les références échappent trop souvent à la compréhension du spectateur.


Judgment of Paris (after Rubens), Eleanor Austin, 2007. © CoupeFileArt

Le parcours muséographique est donc organisé en trois aires géographiques : l'Europe Occidentale, les Etats-Unis, et l'Asie Extrême-Orientale. On retrouve au sein de ce découpage thématique un triptyque récurrent : œuvre antique authentique, production de la pop culture, et création artistique contemporaine héritée de celles-ci. Prenons pour exemple l'huile sur toile de Jeff Koons intitulée Antiquity (Daughters of Leucippus) qui revisite un sujet classique, L'enlèvement des filles de Leucippe peint par Rubens, en y incorporant notamment le célèbre logo de Superman.


Antiquity (Daughters of Leucippus), Jeff Koons, 2010-2012. © CoupeFileArt

Le jeu les Chevaliers du Zodiaque. © CoupeFileArt

D'autre part, l'interaction entre le visiteur et les œuvres se situe véritablement au centre des démarches de l'exposition. En déambulant entre un buste de Marc-Aurèle du IIe siècle de notre ère et une statuette classique de Vénus vieille de plus de 2200 ans, il est en effet possible de feuilleter des bandes-dessinées d'Alix ou encore de jouer aux Chevaliers du Zodiaque.



Vous l'aurez compris, avec l'exposition Age of Classics, le Musée Saint-Raymond s'adresse à un public inhabituel, en témoigne la forte présence des univers du jeu vidéo et des comics. Néanmoins on ne peut s'empêcher de regretter la faible quantité d’œuvres antiques en proportion à celles contemporaines, tout comme le choix de la répartition géographique des collections au détriment d'une chronologie dont le caractère aurait été autrement plus didactique.

Age of Classics pose ainsi la question suivant laquelle une bande-dessinée ou un jeu-vidéo revêtent un intérêt historique comparable à celui d'une pièce de monnaie romaine. Malgré les efforts de la scénographie pour créer une cohérence entre les collections exposées, le visiteur averti ne pourra toutefois s'empêcher de penser que l'on a jeté pêle-mêle devant lui une série d'objets manufacturés sans visée pédagogique définie, sous prétexte de démontrer la prégnance de l'Antiquité dans notre société contemporaine.


Antoine Bouchet


----------------------------------------------------------------------------------

Du 22 février au 29 septembre 2019

Musée Saint-Raymond de Toulouse

Horaires : de 10h à 18h du mardi au dimanche

Tarifs d'entrée de l'exposition: 8€ en plein tarif, 5€ en tarif réduit

Gratuit pour les -de 19 ans

Plus d'infos sur https://saintraymond.toulouse.fr/Age-of-Classics--L-Antiquite-dans-la-culture-pop_a1163.html

 
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

©2020 Coupe-File Art - ISSN  2647-5871