• Margaux Granier

Kem Weber, Pendule à affichage numérique (Lawson Zephyr Clock), vers 1933

Mis à jour : 17 nov. 2019


Karl Emanuel Martin "Kem" Weber (1889-1963), Pendule à affichage numérique (Lawson Zephyr Clock), ca. 1933, laiton avec placage partiel en bronze

Désignant à la fois le vent d’ouest divinisé et le train aérodynamique lancé en 1934 par la compagnie Burlington, Zephyr est avant tout l’expression du siècle de l’homme pressé (1). Alliant le poli des matériaux à la fluidité du dessin, cette pendule est la métaphore d’une époque : celle de la vitesse et des machines permettant son accélération.


Les angles arrondis atténuent le plan rectangulaire de l’objet et dessinent une ligne serpentine d’une grande élégance. Le dynamisme et la fluidité des formes sont les maîtres-mots du style Streamline auquel cette pendule est rattachée. Cet ascendant tardif du courant Art déco se manifeste par sa proximité avec l’aérodynamique.

La recherche incessante de célérité favorise les surfaces lisses, continues et sans aspérité qui minimisent la résistance à l’air des corps en mouvement, à l’image de la goutte d’eau ou de la balle d’arme à feu.


Raymond Loewy, Wagon "Fast Commuter" et fer électrique, Westinghouse, Art and the Machine, 1936

Ce style, dit paquebot en français, emprunte alors aux univers nautique et aérien tout un répertoire formel, mêlant grandes lignes horizontales, surfaces courbes et galbées, hublots et éclairages électriques, pour s’adapter à des choses qui ne se déplaceront jamais.


D’abord appliqué au domaine architectural, le Streamline essaime bientôt dans le monde domestique et s’intègre dans les foyers américains. Bouilloires, théières, machines à écrire et à coudre, agrafeuses, ventilateurs, juke-box et postes de radio adoptent ces lignes épurées, symboles d’une nouvelle beauté moderne.




Pour pallier les conséquences de la Grande Dépression issue du krach de 1929, le président des Etats-Unis Franklin Roosevelt tente, avec sa politique du New Deal, de relancer l’économie et la consommation. Ironiquement, d’une année postérieure au premier modèle à affichage numérique créé par Walter Dorwin Teague, cette pendule fait défiler les chiffres dans le guichet blanc à la manière d’une caisse enregistreuse.


Kem Weber, Airline chair, fabriqué par l'Airline Chair Company, Los Angeles, Californie, ca. 1934, bouleau, frêne, cuir

Les années 1930 voient ainsi naître la profession de designer industriel qui renouvelle la conception du mobilier, combinant fonctionnalisme et esthétique.

Dans son autobiographie La laideur se vend mal (2), Raymond Loewy se qualifie d’ « esthéticien industriel » n’ayant d’autre dévotion que l’harmonie.


Les nouveaux matériaux étincelants, à l’image de la Bakélite, de l’aluminium ou de l’acier inoxydable, additionnés aux lignes épurées et dynamiques offrent dans le quotidien des Américains la perspective d’un avenir optimiste.




Grand représentant du Streamline Moderne, Karl Emanuel Martin (K.E.M) Weber condense dans cet objet les enjeux esthétiques du XXe siècle, un siècle à toute allure, entre perfection de l’apparence et perfection du fonctionnement.


Margaux Granier


1. Paul Morand, L’Homme pressé, 1941, Paris, Gallimard.

2. Raymond Loewy, La Laideur se vend mal, trad. de l’anglais (Etats-Unis) Never Leave Well Enough Alone, 1953, Paris, Gallimard.

 
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

©2020 Coupe-File Art - ISSN  2647-5871