• Nicolas Bousser

L’art moderne à Fontevraud : un musée pour la collection Cligman

Lorsque deux passionnés collectionnent durant près de cinquante ans en cultivant le coup de cœur et sans se limiter dans le temps ou l’espace, il en résulte un assemblage de plusieurs centaines de pièces des plus éclectiques. C’est précisément un ensemble de ce type, regroupant près de 850 objets et tableaux, qui constitue le cœur du musée d’art moderne de Fontevraud, ouvert depuis mai 2021.


De gauche à droite :

Albert Marquet, Le Quai des Grands Augustins

Kees van Dongen, Tête de gitane

©NB


À l’origine de ce musée, installé dans la Fannerie XVIIIe de l’auguste abbaye multi-centenaire, un couple : Léon et Martine Cligman. Peintures des XIXe et XXe siècles, objets d’art et archéologiques africains, égyptiens mais aussi sumériens, les Cligman ont réuni leur collection au gré de coups de cœur, sans jamais revendre ni s’adonner à quelconque spéculation entre la fin des années 1960 et le débuts des années 1990. Cette fibre collectionneuse qui anime le couple et ce goût pour l'éclectisme ne tiennent pas du hasard. Martine est elle-même fille de collectionneurs avertis : déjà en 1976, ses parents Pierre et Denise Lévy étaient à l'origine de la création du musée d'art moderne de Troyes dans le Palais Épiscopal, fondé à partir de la donation de leur collection. Une histoire de famille en somme dans laquelle fut entrainé Léon, bientôt capitaine d'industrie à qui la réussite ne manqua pas de sourire.


Première salle du musée. Sculptures de Germaine Richier et Martine Martine, toile d’Édouard Goerg, et masques Chancay du Pérou / Photo : Marc Domage


Une première donation de 566 œuvres, réalisée le 23 juillet 2018, a fait l’objet d’une affectation à la région des Pays de la Loire et a constitué le point de départ de la création de ce musée d’art moderne à Fontevraud. 252 autres pièces sont venues rejoindre le fonds à la suite d'une nouvelle donation actée le 7 juillet 2019. Ce chantier d’importance, qui bénéficie de l’appellation musée de France, a été mené en à peine trois ans. La direction a été confiée à la spécialiste du XXe siècle Dominique Gagneux.


La création de ce musée au cœur de l’abbaye de Fontevraud peut en première instance surprendre mais est en cohérence avec la politique de l'institution. Depuis plusieurs années, l'abbaye accueille régulièrement des installations contemporaines au sein de ses infrastructures mais aussi des artistes en résidence. D'autre part, le château de Montsoreau - pour ne citer que lui-, situé à quelques kilomètres, est également l'écrin d'un musée d’art moderne. Cette configuration tend à devenir une habitude dans la région.


Le présentation de la collection au sein du parcours permanent échappe à tout classement muséal traditionnel et peut à juste titre dérouter le visiteur. Reposant sur le dialogue entre les œuvres, chaque salle livre son lot de surprises : d’un autoportrait de jeunesse de Puvis de Chavannes confronté aux sculptures de Germaine Richier à un tableau de Maurice de Vlaminck installé auprès de masques africains et d’un orant mésopotamien, le regard se perd d’œuvre en œuvre, de découverte en découverte. L’univers des collectionneurs est évoqué, appuyé par des salles estampillées « la passion du collectionneur » à l’image de l’ancienne boulangerie du bâtiment, consacrée aux verreries de Maurice Marinot.

En définitive, cet accrochage original démontre la liberté du couple Cligman devant l'art et les goûts de leur temps. Arts premiers et art moderne se voisinent dans un tohu-bohu artistique des plus dépaysants. La dernière salle du musée, située au deuxième étage, développant une confrontation entre des tapisseries de Jean Lurçat et une tête de Singha du peuple Batak (Indonésie) - parmi d'autres objets extra-occidentaux - constitue sans aucun doute notre coup de cœur.


Morceaux choisis : l'éclectisme de la collection en six images / ©NB


Près de 32.000 visiteurs ont découvert ce nouveau musée de 1700 m2 depuis son ouverture en mai. Un succès pour l'institution, qui aurait initialement dû prendre place à Tours : belle consolation pour les Cligman que l'abbaye de Fontevraud. À quelques mètres d'Aliénor d'Aquitaine et Richard Cœur de Lion trône désormais le fruit de leur passion.


Nicolas Bousser

Les photographies de cet article, sauf mention contraire, ont été prises par et appartiennent à l'auteur.

Musée d'art moderne de Fontevraud, Abbaye de Fontevraud

49590 Fontevraud-l’Abbaye