Gulbenkian par lui-même : dans l’intimité d’un collectionneur

Par Célia De Saint Riquier


René Lalique (1860-1945) Diadème coq Paris, vers 1897-1898 Or, corne, améthyste et émail 9 × 15 cm Acquis auprès de l'artiste, 1904, Collection Calouste Gulbenkian ©CDSR

Depuis le 10 juin 2022, la galerie 3 de l’espace d’exposition de la collection Al Thani au sein de l’Hôtel de la Marine accueille une nouvelle exposition, « Gulbenkian par lui-même : dans l’intimité d’un collectionneur ». Cette présentation permet de mettre en avant des chefs-d’œuvre de la collection habituellement présentés à Lisbonne, et de les mettre en parallèle avec ceux installés dans les autres galeries de la collection Al Thani. Une réunion à deux voix, qui reflète les similitudes entre les deux collectionneurs.



Vue de l'exposition Gulbenkian par lui-même : dans l'intimité d'un collectionneur ©CDSR

Au cœur de la splendide scénographie des galeries exposant les trésors de la collection Al Thani, mélangeant des formes épurées et minimalistes à une entrée dans l’exposition féérique, la salle dédiée aux chefs-d’œuvre de Gulbenkian ne rompt pas avec cette ambiance du recueillement et de l’émerveillement, tout en s’organisant de façon tout à fait différente. En effet, dans cette salle, un grand nombre d’objets de cette collection sont exposés, le plus grand nombre en France depuis 2001, et disposés selon des thématiques qu’il n’est malheureusement pas toujours aisé de deviner. Une première vitrine est consacrée à l’intimité du collectionneur, qui débuta ses acquisitions dans le domaine de la numismatique. Dans la même vitrine, nous y découvrons de même les liens entre Gulbenkian et le bijoutier René Lalique, pour qui le premier fut un grand mécène, comme en témoigne ce Diadème Coq (1897-1898), et qui furent longuement amis. Dans les autres vitrines, dédiées à la préciosité, l’artisanat, la diversité des provenances et la rareté des objets, l’éclectisme règne autant que la grande qualité des objets. Sur les murs de la salle, sont accrochés plusieurs peintures et dessins, parmi lesquels il faut mentionner cette aquarelle d’Albrecht Dürer représentant un Canard sauvage mort (1502-1512), qui n’est, de plus, que très rarement exposée même à Lisbonne, pour des raisons évidentes de conservations. Le visiteur ne peut qu’être émerveillé devant des objets si variés, et formant pourtant un ensemble cohérent, à l’image du collectionneur et de sa collection, appréciant tout autant les beaux-arts, que les arts du livres, ou les arts décoratifs et textiles. Le commissaire de l’exposition, Nuno Vassallo e Silva, a en effet tenu à donner un aperçu le plus vaste possible du goût de l'homme qu'était Calouste Gulbenkian.


Contemplatrice d'étoiles Asie Mineure occidentale, période chalcolithique, vers 3300 2500 av. J.-C., Marbre, pigment H 20 x 18,3 x P 7,1 cm, Collection Al Thani ©AntoineLavastre

Ces œuvres résonnent par ailleurs particulièrement bien au cœur de la présentation des œuvres de la collection Al Thani. Le visiteur ne peut s’empêcher de tracer des lignes, des liens, qui rapprochent les deux figures. Leurs deux collections témoignent d’un véritable attachement à la matière, à l’œuvre dans sa confection artisanale, et ce peu importe selon son ancienneté ou son origine, comme peut le montrer la première galerie, mettant presque face à face des œuvres aux origines aussi géographiquement que temporellement éloignées, parmi lesquelles cette idole féminine de la collection Al Thani d’entre moins 3300 et 2500 avant J.-C., poétiquement appelée Contemplatrice d’étoiles. La scénographie justement presque étoilée de la pièce est à saluer, tout comme l’éclairage des objets, particulièrement essentiel dans ce genre d’expositions.


De gauche à droite : Vue de la première galerie dédiée aux chefs-d'oeuvre de la collection Al Thani et Vue de la galerie de l'exposition Gulbenkian par lui-même, dans l'intimité d'un collectionneur, ©CDSR


Cette nouvelle exposition au sein de l’espace Al Thani de l’Hôtel de la Marine constitue en définitive, dans son genre, une réussite : exposer des chefs-d’œuvre qui transcrivent le goût d’un collectionneur, et permettent de faire découvrir des œuvres parfois peu présentées au public de Lisbonne, et ce justement pour la Saison France-Portugal 2022. Au sein même d’espaces dédiés à un autre collectionneur, un parallèle, heureux se fait, montrant des similitudes autant que des différences qui transparaissent à travers les œuvres.



 

Gulbenkian par lui-même : dans l'intimité d'un collectionneur

Du 10 juin au 2 octobre 2022

Hôtel de la Marine

Commissariat Nuno Vassalo e Silva, directeur de la délégation en France de la Fondation Calouste Gulbenkian et Amin Jaffer, conservateur en chef de la Collection Al Thani

Exposition créée par la Al Thani Collection Foundation, le Centre des monuments nationaux et la Fondation Calouste Gulbenkian.