• Philippe Robert

La Basilique Notre-Dame de Fourvière




« Un trésor d’humanité et le symbole fort de l’attachement de toute une ville à la Vierge Marie »

Nous avons ensemble débuté la découverte du patrimoine lyonnais et il est venu le temps de vous parler d’une institution lyonnaise, la Basilique Notre-Dame de Fourvière. Située en haut de la colline de Fourvière, l’emplacement de la basilique offre une vue somptueuse, panoramique de Lyon.


Œuvre de deux architectes, Bossan et Sainte-Marie Perrin, la basilique est édifiée grâce à une souscription publique en 1870. C’est en 1896 qu’elle sera consacrée et en 1897 qu’elle sera érigée en basilique. Il aura donc fallu une vingtaine d’années pour que Notre-Dame de Fourvière se dresse telle une forteresse. Sa construction est en partie dû à un vœu, celui de l’archevêque de Lyon Monseigneur Ginouilhac qui promet -si la ville n’est pas envahie par les Prussiens- d’édifier une basilique. Heureusement, les Prussiens s’arrêtent à Nuits-Saint-Georges, sans quoi nous n’aurions peut-être jamais connu cette merveille. Classée monument historique, elle fait partie du site lyonnais inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Élément incontournable de la ville, Notre-Dame de Fourvière accueille chaque année plus de 2,5 millions de visiteurs et de pèlerins.


Grâce à ses dimensions gigantesques, la basilique est visible à de nombreux endroits de la ville, et même depuis les villes voisines. Ses 86 mètres de long et 35 mètres de large lui donnent un caractère massif et imposant, mais ses quatre tours de 48 mètres lui confèrent une finesse et une élégance remarquable. Le tout offre une impression de majestuosité; elle est la reine de Lyon. Notons que les 4 tours représentent les vertus cardinales : la tour Nord-Est (Prudence), la Sud-Est (Tempérance) sont les deux tours qui dialoguent avec la ville et les tours Nord-Ouest (Force) et Sud-Ouest (Justice) dominent le parvis. D’une architecture byzantine, romane et gothique, la basilique est -n’ayons pas peur de le dire- un chef d’œuvre d’architecture. Les arcatures du porche sont quant à elles supportées par 4 colonnes de granit. Au-dessus d’elles, on aperçoit la galerie des anges, œuvre du sculpteur Millefaut.


Je pourrais vous parler de l’extérieur de la basilique pendant des heures entières, mais il serait incroyablement regrettable de ne pas aborder l’intérieur de l’édifice, présentant un décor majestueux. Les matériaux qui ont été utilisés pour la construction de la basilique mélangent qualité, beauté et noblesse : alliance d’ébène et d’ivoire, marbre blanc de Carrare, marbre bleu de Savoie, granit rose d’Italie, onyx vert ou encore un duel d’argent et d’or. Cet intérieur est composé de deux églises superposées. La plus haute est surplombée par trois coupoles et six vitraux qui donnent une luminosité permettant de mettre en valeur tous les matériaux dont nous avons parlé. Elle est formée de trois nefs et de trois travées voûtées en arc brisé. Cet ensemble est soutenu par non moins de 16 colonnes polychromes sur un socle en marbre de Carrare. Tout cet espace permet à la basilique d’accueillir 8 chapelles (dans lesquelles on trouve des œuvres de Larrivé, Castex ou encore Millefaut) et l’ensemble de l’abside est éclairé par 7 verrières. Quant aux murs latéraux, ils sont décorés par 6 panneaux faits en mosaïque d’environ 50 m², de C. Lameire et G. Décote.


Au-dessus des trois nefs, on trouve trois coupoles dont les images représentent les rapports de Marie avec la Trinité. Les 6 mosaïques murales ont été réalisés dans les ateliers Martin de Paris. On y voit Jeanne d’Arc délivrant Orléans, l’arrivée de Saint Pothin à Lyon, le Concile d’Ephèse, le vœu de Louis XIII, la Bataille de Lépante et la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception. Une des pièces majeures de l’intérieur de la basilique est l’autel. Surélevé de 8 marches, 10 anges ailés entourent le tabernacle. Au-dessus, une somptueuse statue de la Vierge Marie en marbre domine. Pour les amateurs de musiques, l’orgue date du XIXème siècle.


La basilique possède également une crypte, accessible depuis l’église supérieure grâce à un escalier de marbre. Les voûtes de celle-ci font un peu moins de 10 mètres de hauteur et elles sont soutenues par des piliers cannelés, flanqués de 38 colonnes. Le tout est éclairé par 7 verrières qui offrent une belle luminosité au sanctuaire.


Depuis plus d’un siècle, la Basilique Notre-Dame de Fourvière inspire et fascine le grand public. Les lyonnais peuvent être fier de compter dans leur patrimoine architectural et religieux une telle œuvre, qu’on ne pourrait rattacher à aucune école tant ses sources d’inspirations ont été diverses. Du haut de sa colline, la basilique veille sur la ville et la protège du danger. Elle a réussi à s’imposer comme un élément extrêmement symbolique de la ville -en devenant même une institution majeure de l’ancienne capital des Gaules.


Philippe Robert


 
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

©2020 Coupe-File Art - ISSN  2647-5871